Rencontre magique avec les baleines

Lundi 28 septembre

Presque 300 km pour aller jusqu’à Hervey Bey, rien à signaler à part que les presque 300 km se sont transformés en plus de 300 car j’ai loupé un intersection et je ne m’en suis rendue compte qu’un certain temps (???) après.

Au camping Max arrive à me convaincre d’aller avec lui à la piscine… en fait au spa qui est à coté de la piscine et qui est chauffé à 35 degrés. Très difficile d’en sortir car dehors il fait frais et venteux ! Mais que c’est bon un bain chaud !!

Quatre enfants s’amusent dans la piscine, Max les regarde avec envie mais n’ose pas y aller. Heureusement un des enfant vient lui demander de se joindre à eux, Max hésite et finalement se laisse convaincre. Je les laisse s’amuser, je suis contente que Max joue finalement avec des enfants.

Le soir après les devoirs, il les retrouve pour jouer au billard : il est heureux.20150928_203325

Mardi 29 septembre

Ce matin nous allons voir les baleines, je suis super excitée à cette idée et en même temps un peu inquiète : allons nous vraiment en voir ?

Le grand catamaran part à 8h30, nous sommes beaucoup à bord, toujours les vacances scolaires… Nous trouvons une place à l’avant du bateau.

Il nous faut environ 1h pour rejoindre Platypus Bay qui est normalement un bon spot d’observation des baleines à bosse. Elles passent chaque année de juillet à novembre par DSC05953Hervey bay pour se reproduire et élever leurs petits avant de repartir vers l’Antartique (où nous espérons bien les retrouver en décembre !).

Au loin j’aperçois un geyser : les baleines ne sont pas loin. Max à l’aide de ses jumelles essaie (avec un succès mitigé) d’en repérer d’autres. Une petite demi heure passe et toujours rien. Arghh un geyser et c’est tout ?

Ouf, le capitaine a repéré quelque chose et vire de bord. C’est une baleine et son baleineau qui joue près d’un petit bateau de plaisance (sincèrement vu la taille des bêtes, je me sens plus en sécurité sur mon GRAND catamaran !). Plus loin nous en voyons d’autres et encore d’autres : il y en a partout !

DSC06016DSC06005

Notre guide nous explique que le geyser que nous voyons n’est pas constitué d’eau mais d’air très chaud qui sort des poumons brûlant de la baleine et qui au contact de l’air frais produit ce geyser de fumée.

Elle nous explique aussi que c’est surtout les petits qui sautent car la mère est fatiguée, elle doit nourrir son petit qui grossit de 80 kg par jour alors qu’elle ne mange rien. Ce n’est quand Antartique qu’elle trouvera suffisamment de krill pour se  nourrir, elle en consomme près de 2 tonnes par jour !

Nous voyons aussi pas mal de mâles qui entourent la femelle, car c’est aussi un moment de reproduction. Pour la séduire il va danser et chanter. Son chant est très harmonieux, il a une structure bien définie, la mélodie en elle même dure une trentaine de minute et peut être répétée pendant des heures. Grâce à un micro placé dans l’eau, nous avons même la chance d’entendre un chant: Max me demande s’il y a des vaches dans la mer…

DSC05964 DSC05990 DSC06003 DSC06000 20150929_101737

La balade se termine trop tôt à mon goût.

Dès que nous accostons, avec Max nous reprenons le van pour aller à Tin Can Bay, 120 km, une heure et demi de route : la porte d’à côté selon les standards australiens.

Dîner de kangourou et purée de pomme de terre, puis je fais la valise : demain nous laissons le van pour partir 3 jours à Fraser Island.

DSC06026

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s