Antarctique: la péninsule

Vendredi 11 décembre

Le ciel ce matin est couvert, la mer houleuse, au loin j’aperçois la péninsule Antarctique. Le vent est de plus en plus fort avec des pointes à 70 nœuds (environ 130 km/h). Je me suis levée du mauvais pied et c’est Max qui en fait les frais. Je suis sur son dos pour un oui ou un non…

La mer est pleine d’icebergs et de growlers (morceau de glace détachée des icebergs), le spectacle est à la fois magnifique et un peu effrayant. Malheureusement la puissance du vent me fait penser que nous n’allons pas pouvoir débarquer et après 3 jours de mer je deviens claustrophobe (d’où ma mauvaise humeur). Et ne pas pouvoir poser le pied en Antarctique en étant aussi près du but est frustrant…

Pourtant le spectacle est tellement impressionnant qu’au fur à mesure de la journée et malgré la confirmation de l’annulation du débarquement je retrouve ma bonne humeur. C’est aussi une chance de pouvoir voir l’Antarctique dans toute sa puissance, nous avons même la chance de « voir » des vents catabatiques qui sont extrêmement puissants (ils peuvent atteindre plus de 300km/h) mais ne durent pas très longtemps.

Pour nous protéger un des vents, le navire entre dans le détroit de Gerlache où nous voyons au loin quelques bateaux norvégiens qui pêchent le krill qui servira à nourrir les saumons d’élevage.

(Photos de Lorraine)

Dans l’après midi nous observons quelques queues de baleine à bosse. Rodrigo nous explique qu’il les reconnaît grâce à la forme et couleur de leur queue et si les baleines ne la montrent pas il peut reconnaître l’espèce grâce à la forme de son souffle.

(Photos de Lorraine)

En fin d’après midi nous entrons dans la baie de Wilhemina où il y souvent des baleines et des orques. Mais par si mauvais temps, ces animaux préfèrent rester tranquillement dans les profondeurs! J’aperçois juste quelques souffles.

Ce soir nous dînons avec Aude et Pierre : parties de Uno endiablées ! Nous terminons la soirée à la passerelle où le second laisse Max gouverner… entre les icebergs ! Max a même le droit de s’asseoir sur le fauteuil du commandant et d’utiliser la radio. J’apprendrai plus tard que le gouvernail n’était pas connecté (mais ne le dîtes pas à Max!).

Max est la mascotte du bateau, tout le monde le connaît et l’équipage est adorable avec lui. Les barmen ont même créé un cocktail spécialement pour lui, le Max Juice : jus de cranberries, jus de fruit de la passion et un peu de grenadine. C’est délicieux !!

Une réflexion sur “Antarctique: la péninsule

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s