Antarctique: île de la Déception et Shetlands du Sud

Samedi 12 décembre

Ce matin c’est le commandant qui nous réveille : nous entrerons dans la caldeira de l’île de la Déception vers 7h30 et il nous conseille d’être sur les ponts car l’entrée est assez impressionnante.

L’île de la Déception abrite un volcan actif ; sa forme en fer à cheval est due à l’envahissement d’une caldeira par la mer. L’île se trouve au nord de la péninsule Antarctique et à la pointe sud-ouest de l’archipel des Shetlands.

(photos de Lauraine)

Le débarquement était prévu à Telefon Bay mais malheureusement il y a trop de glace, à la place nous débarquons dans une ancienne station scientifique argentine. Il y a encore beaucoup de vent et le ciel est très nuageux rendant encore plus dramatique le paysage.

(photos de Lauraine)

José nous propose se choisir entre deux randonnées, une courte pour admirer la vue et une plus longue est très sportive. Suivant les conseils de Pierre nous choisissons la plus difficile… Et elle l’est vraiment ! Nous devons traverser des névés de neige et nous avons de la neige au dessus du genou, des endroits où la cendre et la neige créent sur la pente une boue particulièrement glissante et pour couronner le tout nous avons le droit à des rafales de vents de plus de 100km/h qui nous plaquent littéralement au sol. Les conditions sont assez extrêmes et nous donnent un (petit) aperçu de se qu’ont dû vivre les premiers explorateurs.

La balade dure plus de 2 heures et nous sommes content de rentrer sur notre beau bateau où un délicieux déjeuner nous attend. Nous sommes tous gelés et assez fatigués. Max a vraiment été très courageux et résistant, je suis très fière de lui.

DSC00977

Pierre, en début d’après midi, nous donne une conférence sur l’expédition Antarctic ou expédition antarctique suédoise qui fut l’unique expédition suédoise en Antarctique du début du XXe siècle. Elle fut menée entre 1901 et 1904, lors de l’âge héroïque de l’exploration en Antarctique, par le suédois Otto Nordenskjöld, chef d’expédition, et le norvégien Carl Anton Larsen, commandant du navire Antarctic, à destination de la péninsule Antarctique. Comme l’expédition Endurance de Shackleton, elle est marquée par le naufrage du navire et les efforts de survie de ses membres. Bon c’est ce que je viens de reprendre de Wikipédia car de cette conférence je n’ai vu que la première et la dernière diapo… J’espérais avoir été discrète mais Pierre se moque bien de moi car j’étais assise au premier rang juste devant lui (j’espère ne pas avoir ronflé trop fort) !

En fin d’après midi nous arrivons à Robert Island qui est une île des Shetland du Sud. Nous sommes le 2ème groupe à pouvoir descendre à terre. Les conditions sont mauvaises, il y a beaucoup de vent, des icebergs partout et la mer est très houleuse. J’ai vraiment peur que la sortie ne soit annulée, c’est notre dernière opportunité de descendre à terre avant notre retour à Ushuaia. Les passagers du premier groupe qui reviennent sont trempés et assez secoués. Plusieurs passagers de notre groupe renoncent à venir… Pas moi. L’aller en zodiaque se passe d’ailleurs très bien et ce n’est qu’en arrivant sur la plage qu’une grande vague me mouille de la tête au pied. Heureusement mon équipement est imperméable et mon appareil photo dans une poche intérieure.

L’île est recouverte de neige et c’est la première fois que nous pouvons voir de près des manchots sur la neige. Le spectacle est magnifique et encore plus beau quand nous arrivons à la manchotière de manchots à jugulaire. C’est mes préférés, je les trouve beaux et amusants.

Il y a aussi beaucoup de manchots papous et d’énormes éléphants de mer en train de muer. Le temps passe trop vite à mon goût, je ne veux pas rentrer sur le bateau. Et quand Max (qui a passé son temps à lancer des boules de neige sur Rodrigo – le naturaliste mexicain) vient me dire qu’il y a urgence pipi je résous le problème en lui présentant une bouteille d’eau vide (il se débrouille d’ailleurs comme un chef !).

Mais d’un coup les naturalistes nous demandent de reprendre d’urgence les zodiaques, l’état de la mer c’est détérioré et il y a de grandes vagues. Pierre qui s’occupe d’aider les passagers à monter à bord des zodiaques est d’ailleurs trempé jusqu’aux os.

Nous sommes 12 dans notre zodiaque, il y a entre autre Elodie et François, John un naturaliste, un couple de jeune mariés (Pierre-Emmanuel et Samantha) et c’est Alex un autre naturaliste qui conduit le zodiaque. A peine partis, trois vagues nous trempent et remplissent le fond du bateau. Et ce n’est que le début, les vagues sont de plus en plus hautes et déferlent sur nous. Ce qui est impressionnant c’est de voir la hauteur de la prochaine vague quand nous sommes dans le creux et ensuite de rebondir sur le bord du zodiaque lorsque nous redescendons de la crête. Au début je trouve ça assez marrant mais vite je me rends compte que la situation est potentiellement périlleuse. Elodie qui avait déjà froid avant d’aller dans le zodiaque est frigorifiée et commence à paniquer. François, son mari, la rassure du mieux qu’il peut. Nous sommes cinq zodiaques en mer, assez éloignés les uns des autres afin éviter de nous percuter dans cette mer déchaînée. Un premier zodiaque essaie d’approcher le navire mais les vagues sont trop fortes et il doit renoncer. Le navire doit se repositionner et ce n’est pas facile car il est cerné d’iceberg (le commandant nous dira plus tard qu’en plus certains fonds n’étant pas cartographiés sa marche de manœuvre était très limitée).

Sur le zodiaque nous commençons tous à avoir très froid, l’eau qui nous arrose est gelée et le temps long. Cela fait plus d’une demi heure que nous sommes en mer. Je demande à Max s’il a peur, il me répond que non… Heureusement car je ne peux pas l’aider, mes deux mains tiennent la corde qui m’évite d’être projetée hors du bateau…

Finalement notre zodiaque peut approcher le bateau et nous débarquons. Je ne sens plus mes doigts. Nous sommes tous trempés jusqu’aux os et même mon appareil photo qui était pourtant dans la poche intérieure de ma veste est mouillé.

Après une bonne douche bouillante nous nous retrouvons avec Elodie et François pour dîner. Maintenant que nous sommes en sécurité cette aventure paraît plus « excitante ». Après les vents catabatiques du matin, ce retour dans une mer très houleuse nous a donné un aperçu de l’Antarctique dans sa splendeur dramatique.

DSC01208

Elodie demande à Max pourquoi il regardait toujours le fond du bateau : « pour ne pas recevoir l’eau glacée sur le visage et ne pas voir la hauteur des vagues… ». C’est un petit gars très courageux, que ce soit ce matin ou cet après midi, il ne s’est pas plaint une seule fois.

2 réflexions sur “Antarctique: île de la Déception et Shetlands du Sud

  1. Vous êtes des héros. !!!!! Max et toi sont admirables!!! J’avais peur pour vous en lisant le compte rendu du vent, des immenses vagues et de l’eau salée qui vous a trempés !! J’essaye de vous envoyer des mails ,mais ma tablette refuse…. Je vous ai laissé un message sur votre téléphone. L’avez vous reçu?

    Je vais chez Sophie pour le réveillon Joyeux Noël a tous les deux et Myriam et Lucas qui ont du vous rejoindre. Ou êtes vous?,? Je vous embrasse tous les quatre. MAMINA.

    J'aime

  2. MILO je

    Le jeu. 24 déc. 2015 à 09:45, Jeanne Rabinovitch-parel a écrit :

    > Vous êtes des héros. !!!!! > Max et toi sont admirables!!! > J’avais peur pour vous en lisant le compte rendu du vent, des immenses > vagues et de l’eau salée qui vous a trempés !! > J’essaye de vous envoyer des mails ,mais ma tablette refuse…. > Je vous ai laissé un message sur votre téléphone. L’avez vous reçu? > > > Je vais chez Sophie pour le réveillon > Joyeux Noël a tous les deux et Myriam et Lucas qui ont du vous rejoindre. > Ou êtes vous?,? > Je vous embrasse tous les quatre. > MAMINA. > Le mer. 23 déc. 2015 à 19:42, vivre l’aventure <

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s