Equateur: les Andes avec Magali et Aleksandr

Mardi 22 mars

Malgré les évènements nous décidons avec Magali de maintenir notre excursion à Otavalo. Rester scotchées à notre téléphone ne ferait qu’augmenter notre angoisse et celle des garçons.

Otavalo se trouve à 80 km au nord de Quito, c’est une ville connue pour son marché artisanal. Marcello, notre chauffeur nous a donné rendez-vous à 6h du matin. Pourquoi si tôt ? Parce qu’à Quito pour diminuer le trafic automobile les voitures, selon le dernier numéro de leur plaque, ne peuvent pas circuler dans la ville un jour par semaine durant les heures de « rush » : 7h30-9h30 et 16h30-18h. Et ce mardi c’est le tour de la voiture de Marcello !

Comme il est très tôt nous sommes les premiers à nous arrêter sur la « mitad del Mundo », la ligne d’équateur. Tellement tôt que personne n’est là pour nous faire payer l’entrée !

DSC04410

Puis nous allons voir la lagune du cratère d’un volcan, là encore nous sommes seuls. Finalement nous nous arrêtons dans une petite ville où nous prenons le soleil et un petit déjeuner. Nous achetons aussi une baguette à un jeune allemand qui vient de soutenir son doctorat et qui a tout plaqué pour venir faire du pain ici. Comme je le comprends…

Nous sommes tellement bien ici que lorsque finalement nous arrivons à Otavalo, nous avons à peine 1h pour déjeuner et visiter le marché. Pas de regret : bien trop touristique à mon goût.

Bon, peu de photos de cette journée car même si cela nous a changé les idées nous manquons d’entrain.

Mercredi 23 mars

Aujourd’hui nous quittons Quito, mais pour cela il nous faut une voiture… J’en ai réservé une via un site français. Normalement nous devions la récupérer à l’aéroport mais vu que nous n’arrivons pas par avion aujourd’hui et que l’entreprise n’a pas de local à l’aéroport ils m’ont proposé de nous la livrer à l’hôtel ! Je passe les détails des échanges de sourds pour leur expliquer comment venir (il n’y pas toujours de nom de rue, ni de numéro aux maisons) et en plus selon l’heure de la journée certaines rues du centre sont à sens unique ou même changent de sens !

Finalement la voiture est là et nous nous débrouillons tellement bien que le loueur nous conduit jusqu’à la sortie de Quito ! Je reprends la volant pour quelques kilomètres jusqu’au site « officiel » de la mitad del Mundo. C’est une sorte de mini village à activité autour de la ligne équatoriale. Je dis bien autour car en fait elle se situe à quelques centaines de mètres du monument… Nous y passons 2-3h à nous balader. Rien de passionnant mais les enfants s’amusent.

DSC03067

Nous repartons ensuite pour Mindo. Mindo se trouve à 80km au nord ouest de Quito. C’est une petite ville dans la jungle. Nous traversons les Andes pour y arriver, la route montagneuse est magnifique. Nous avons l’impression d’être dans les nuages et même parfois au dessus des nuages. A Mindo il y a principalement des routes de terre, quand finalement nous trouvons notre hôtel, notre jolie voiture est couverte de boue !

En fait d’hôtel, ce sont 5 roulottes éparpillées dans la jungle. Les enfants sont aux anges et s’en attribuent une immédiatement. La nature est magnifique. Il y a des colibris partout. C’est un vrai paradis.

Avec Magali nous passons une grande partie de l’après midi à regarder et photographier (avec plus ou moins de succès) ces magnifiques petits oiseaux qui ne restent jamais plus de quelques secondes en place !

Jeudi 24 mars

Je suis réveillée par le chant des oiseaux. J’en profite pour aller me balader dans les environs. Cette nature luxuriante m’apaise. Je ne me lasse pas de regarder les colibris butiner.

Après le petit déjeuner nous partons visiter une ferme de papillons. L’endroit est petit mais très agréable, nous pouvons en voir à tous les stades de développement, de la chenille en passant par le cocon jusqu’au magnifique papillon qui déploie ses ailes et vient se poser sur ma tête.

En sortant de la ferme les enfants courent vers la rivière : une descente en tubing va commencer et il reste… 2 places ! En moins de 5 minutes ils sont prêts et c’est parti pour 1/2h de descente !

Quand nous les récupérons heureux et très excités, nous avons juste le temps de les sécher et nous repartons : nous avons plus de 4h de route pour aller à notre prochaine destination et j’aimerais éviter de conduire de nuit !

Nous arrivons à Latacunga en fin d’après-midi. La ville doit être entourée de volcans dont le Cotopaxi qui est actuellement en activité, je dit bien doit car pour l’heure c’est une couronne de nuages que nous voyons.

Le soir, après le dîner, nous partons visiter la ville, d’architecture coloniale, elle est particulièrement belle le soir quand toutes les églises sont éclairées.

Vendredi 25 mars

Quand nous sommes prêts à partir, il est déjà presque 10h, le Cotopaxi est toujours dans les nuages, nous décidons donc d’aller voir la Laguna Quilotoa. Le lac se trouve à plus de 1h30 de notre hôtel et la route monte pour y aller. Nous y arrivons un peu avant midi. Le ciel est nuageux. La vue en contrebas est très belle, le lac, vert, scintille et nous attire. Nous décidons de descendre près de sa rive, 400m de dénivelé plus bas.

DSC04764

Le chemin est très pentu et surtout sablonneux, nous glissons plus que nous marchons. Ce qui rend la descente encore plus difficile c’est que nous partageons le chemin avec des mules et muletiers qui proposent contre 10 dollars de prendre en charge les touristes.

A peine arrivés, les enfants courent faire la file pour un tour en kayak. Avec Magali nous profitons du calme et de la beauté du lieu.

DSC04758

La remontée est encore plus difficile… A cause du sable, chaque fois que nous faisons deux pas, nous reculons d’un… Bon j’exagère un peu. N’empêche c’est duuuuur. D’autant que Max n’est pas motivé du tout et s’accroche à moi. Tous les 2 mètres il s’arrête. Je me demande comment nous allons arriver en haut ? Heureusement je me rappelle qu’il à sa musique avec lui, je lui mets son casque sur les oreilles et c’est parti ! En quelques minutes il disparaît loin devant moi. Plus que ma lourde carcasse à monter. Mon manque d’exercice et le manque d’oxygène (nous sommes à 4000m d’altitude) n’aident pas. Finalement nous arrivons au sommet en moins d’une heure, ce qui est moins que le temps estimé !

Il est déjà 16h et nous n’avons pas déjeuné, en fait nous n’avons rien mangé depuis le petit déjeuner ! Les enfants sont épuisés et nous aussi. Nous prenons un rapide repas et nous repartons.

La descente serpente le long de la campagne andine.

Les paysages sont fabuleux et en fin d’après midi les nuages se sont levés et nous apercevons le volcan Cotopaxi et son sommet enneigé. Magali est aux anges !

Samedi 26 mars

Ce matin le temps est pluvieux et mon moral morose… Les enfants dorment encore et je pars faire un tour en ville pour me changer les idées.

Après le petit déjeuner nous partons vers le parc du Cotopaxi qui se trouve à une trentaine de kilomètres de la ville. Il fait toujours aussi mauvais. A l’entrée du parc, un guide nous propose ses services. Avec Magali nous hésitons mais vu le temps et surtout vu que nous ne savons pas exactement où aller, nous acceptons. Il nous conseille de bien nous couvrir, par ici il peut faire très froid !

Nous ne regrettons pas d’avoir Javier avec nous, la vue est toujours bouchée mais grâce à lui nous arrivons à imaginer ce qu’il y a derrière les nuages. De plus Aleksandr est passionné par le volcanisme et Javier lui montre les dernières coulées du volcan. Aleksandr en profite aussi pour partager ses connaissances avec Max qui écoute avec plaisir.

Arrivés à une lagune, nous avons le choix entre en faire le tour ou bien monter sur le flan d’un volcan jusqu’à un mirador. Hum… la vue sur le Cotopaxi est complètement bouchée et selon notre guide ça ne va pas changer dans les prochaines heures. En même temps avec Magali nous avons envie de marcher. Le temps que nous nous décidions, Max a pris une pierre et s’amuse à enlever la boue de la voiture avec… Arhhhhhh : sur la portière conducteur il y a maintenant un MAX gravé ! Sur le coup j’ai envie d’hurler (d’autant que vu mon humeur, je ne cherche que ça), mais au fond de moi je sais qu’il ne l’a pas fait exprès et je vois qu’il est penaud… Je le prends dans mes bras et je lui fais un câlin. Allez, ce n’est que du matériel…

Nous nous décidons pour le mirador, au grand dam des enfants qui n’en peuvent plus de monter et descendre les montagnes (les courbatures de la veille sont bien présentes)! Etre dans la nature me fait toujours autant de bien. Ce n’est pas le cas des enfants qui nous font carrément la tête !

Dimanche 27 mars

C’est sous le soleil que nous quittons Latacunga pour Baños. Deux petites heures de route nous suffisent à arriver à notre hôtel. Il se situe à la sortie de la ville. Depuis les fenêtres de nos chambres nous voyons les pentes luxuriantes des volcans qui nous entourent. Les sommets restent, eux, perdus dans les nuages.

Dans ma messagerie, un email : Max a oublié tous ses jeux de DS à Latacunga. A sa décharge, c’est un peu la faute de la femme de chambre qui avait une tendance à « ranger » nos affaires dans des tiroirs que nous n’utilisions pas. N’empêche : comment les récupérer ? J’appelle l’hôtel. Ils vont tout faire pour me les faire parvenir avant notre départ de Baños. Je les mets en contact avec le responsable de notre hôtel qui lui aussi me rassure : ne pas m’inquiéter. Ça tombe bien, je n’ai aucune envie de m’inquiéter, d’autant que très pragmatique je me dis que ces jeux ne sont pas essentiels (hum Max n’est pas du tout d’accord !).

En attendant nous reprenons la voiture pour aller visiter la « casa del arbol ». Comme son nom l’indique c’est une cabane dans un arbre, elle se trouve en haut d’une montagne avec potentiellement une belle vue. Potentiellement car pour le moment c’est bouché ! Les enfants, de la vue il n’en ont que faire : ils s’amusent à faire de la tyrolienne et de la balançoire dans le vide…

DSC03440

En fin d’après midi nous allons aux bains, car comme son nom l’indique, Baños est une station thermale. Pas vraiment « luxe » les bains, là encore les enfants eux ne voient que l’eau chaude et les différents bassins où ils sautent avec joie. Avec Magali nous sommes plus réticentes, d’autant qu’il fait froid…

20160327_171251

Lundi 28 mars

Toujours pas de nouvelles des jeux de Max mais je ne dois toujours pas m’inquiéter…

Nous décidons de prendre un taxi/guide pour faire le tour des cascades. Juan est très sympa et nous emmène directement à la tyrolienne la plus longue d’Equateur : plus d’un kilomètre de long ! Moi, rien que de regarder dans le vide me fait tourner de l’œil. Aleksandr, lui, n’hésite pas une seconde, Max le suit histoire de ne pas être en reste (mais me semble beaucoup moins motivé).

Quelques kilomètres plus loin, Marcello nous convainc de faire un tour en « nacelle » pour voir une cascade de plus près, hum avec Magali nous prenons (vraiment) sur nous et finalement c’est très sympa.

Le dernier stop est pour la cascade « Pailòn del Diablo » (le chaudron du diable). Franchement elle porte très bien son nom. Nous pouvons approcher les chutes de si près que nous sommes complètement trempés !

En fin d’après midi nous allons nous relaxer au « spa » de l’hôtel, rien de très luxueux mais comme c’est bon de se baigner dans une eau très chaude…

En sortant de nos bains, le propriétaire de l’hôtel m’annonce que les jeux de Max nous attendent à la station de bus ! Nous allons les récupérer avant d’aller dîner. Une chose est sûre, les équatoriens sont extrêmement gentils et très efficaces !!

Mardi 29 mars

Hier nous avions réservé avec Magali une excursion de 2 jours et une nuit dans la jungle mais ce matin Magali ne se sent pas bien du tout. En même temps elle ne veut pas priver les enfants de cette sortie. Nous décidons d’aller à l’agence qui se trouve à Puyo, à environ 1h30 d’ici et de décider sur place, en fonction de son état.

Lorsque nous arrivons à l’agence, Magali est toujours aussi malade. Je pense qu’elle sera mieux dans un vrai hôtel plutôt que dans une cabane sans aucun confort… Signe du destin ? La responsable s’est trompée dans les dates et nous a réservé la balade pour le lendemain ! Nous annulons tout et nous partons pour Tena afin que Magali puisse se remettre tranquillement.

A Tena nous choisissons des chambres avec vue sur la rivière et sur une bande de singe qui jouent à la course poursuite dans les arbres.

Mercredi 30 mars

Après presque 24h de sommeil, Magali se sent beaucoup mieux ! Nous décidons d’aller faire une petite excursion dans la jungle. Nous allons jusqu’à Misahuallí, une petite bourgade endormie aux portes de la jungle. Plus de route, pour nous rendre à l’AmaZOOnico qui est un centre de réadaptation à la vie sauvage (heu… pour les animaux !) nous prenons une pirogue. Il nous faut plus d’une heure sur le tumultueux Río Napo pour arriver à destination. Les animaux qui se trouvent ici, ont été confiés au centre par le gouvernement équatorien après qu’ils aient été repris à des trafiquants ou bien des familles qui les détenaient de façon illégale ou qui s’en sont débarrassés. Malheureusement une partie d’entre eux sont déjà trop habitués aux êtres humains et ne pourrons jamais être remis en liberté.

Les enfants sont très heureux de pouvoir les observer de si près et même s’ils sont en cages, dans leur milieu naturel.

Au retour, nous nous arrêtons dans un village de la tribu Queshua clairement dédié aux touristes. Nous sommes les seuls étrangers dans le village et en moins de quelques minutes, une femme nous propose de nous montrer la fabrication de la Chicha (c’est une boisson très énergétique préparée à base de feuilles de manioc ou de chonta et qui traditionnellement était mastiquée par les femmes). Les enfants sont mis à contribution. Le liquide obtenu à la consistance et le goût du yaourt liquide. Fermenté, il donnera une boisson alcoolisée utilisée lors des fêtes et des cérémonies. Elle a à peine terminée qu’un groupe de femme vient danser et jouer de la musique, très jolies même si nous sommes en fin d’après-midi et que la lassitude se fait sentir chez les danseuses : cela doit être la 20ème fois aujourd’hui qu’elles présentent leur danse…

Les enfants ont ensuite la possibilité de prendre dans leur bras un boa. Le propriétaire de l’animal est aussi le « chaman » du village qui en 3 minutes me « purifie »… Notre visite dans le village n’aura pas durée plus de 30 minutes : Walt Disney made in jungle !

Jeudi 31 mars

Nous quittons, après le petit déjeuner, Tena pour Baeza . Deux heures de route, toujours aussi haute et belle.

Quand nous arrivons dans nos petites cabanes, j’ai envie de me poser et lire mais Magali veut aller voir une cascade qui se trouve à près de 2h de route. Je ne suis pas du tout motivée, les enfants non plus. Mais Magali arrive à convaincre Aleksandr, qui convainc Max qui me convainc… Nous partons donc tous les quatre. Sans aucun regret car la route et la cascade sont très jolis et nous passons un très bon moment !

 

Par contre le propriétaire des cabanons est un hollandais resté à l’heure hollandaise, son restaurant est ouvert de 17-19h ! Avec dernière commande à 18h30… Cela nous permet d’être au lit de très bonne heure…

Vendredi 1er avril

DSC05024

Notre voyage dans les Andes équatoriennes touche à sa fin. Ce soir nous passerons notre dernière nuit avec nos amis dans un hôtel près de l’aéroport. Mais avant cela nous avons encore une belle surprise, les thermes de Papallacta. Les bassins se trouvent au pied du volcan, quand nous arrivons il fait assez frais et il bruine. Nous nous prélassons dans les eaux chaudes. L’endroit est très joli et agréable. Nous y restons jusqu’au début de l’après midi. Comme il ne faisait pas très beau le matin nous n’avons pas mis de crème solaire : en sortant les enfants ont le dos rouge vif ! Ah la la : mauvaises mères !

Samedi 2 avril

La matinée passe beaucoup trop rapidement à mon goût, je refais ma valise (en laissant pas mal d’affaires à Magali) et il est déjà l’heure de se séparer.

Magali et Aleksandr repartent à Bruxelles et avec Max nous prenons un avion pour Guayaquil et demain un autre pour les îles Galápagos.

Bon retour les amis et à bientôt…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s