Retour à Ubud

Mercredi 19 août

Levé tôt, aujourd’hui nous repartons sur les routes… En fait nous repartons pour 2 jours à Ubud afin de faire ce que nous avions pas eu le temps faire avec les Bob5.

J’ai même réussi à trouver un guide francophone qui nous attend à 8h à la réception. Elle s’appelle Comin et fête ses 19 ans aujourd’hui. Elle est très gaie et sympathique. Notre premier arrêt est pour des danses traditionnelles Balinaises.

Étonnamment ce matin il n’y a aucun embouteillage et nous arrivons sur les lieux du spectacle avec une petite heure d’avance. Pas de problème : je trouve une petite table et Max s’installe devant ses mathématiques. Comin est très surprise, elle n’a pas l’habitude de clients aussi studieux, d’autant qu’elle déteste les maths !

DSC03646

La leçon est facile et Max termine juste avant le début du spectacle. Nous avons même la possibilité de visiter les coulisses. C’est la danse du Barong qui nous est présenté. Le Barong est une créature mythique représentant le bien et les forces existantes sur terre. A lui s’oppose Rangda la reine des sorcières, qui représente le mal. Les balinais croient que le bien et le mal coexistent l’un à côté l’autre et c’est pour cela qu’il n’y a jamais de vainqueur !

DSC03697DSC03667DSC03671

Max aime beaucoup ce spectacle qui nous est expliqué scène après scène à l’aide d’un petit recueil.

DSC03705DSC03719DSC03723DSC03731

Le deuxième arrêt est un marché traditionnel : visite qui n’a aucun intérêt, le marché se compose de 4-5 stands qui vendent des fruits et des légumes et de dizaines qui vendent des « objets artisanaux » destinés aux touristes.

Le troisième arrêt est à une cascade. Comin nous montre le point de vu, prend une photo de nous et essaye gentiment de nous dissuader d’aller plus prêt. En fait elle n’a pas du tout envie de nous y accompagner, il faut dire que la descente est assez longue et pentue. Mais quand Max voit de l’eau, il n’y a pas moyen de l’arrêter et à peine arrivé en bas, il se change et s’y jette !

DSC03744DSC03759

La cascade est très belle et il y fait bon, nous y passons un très bon moment.

La remontée est longue et en plein soleil…

Le quatrième arrêt est un monastère bouddhiste, complètement sans intérêt, il a été construit il y a moins de 10 ans et n’est pas très beau. Il paraît qu’il y a un grand bouddha mais nous ne le trouvons pas !

Et les visites sont terminées pour la journée ! Je suis un peu sur ma faim… En fait les trajets ont été très rapides (ce qui est exceptionnel) et comme nous avons déjà visité pas mal de sites et que d’autres sont prévus pour demain, il n’y a plus grand chose à voir. De plus Comin ne connaît pas grand chose…

A ma demande, nous allons déjeuner dans une petite cantine locale, comme toujours la nourriture y est bonne et fraîche (plutôt bien qu’elle soit fraîche vu qu’il n’y a pas de frigo).

Avec Comin nous jouons au Uno. Elle nous parle de sa vie à Bali. Elle vient de finir ses études secondaires, elle aimerait bien aller à l’université mais cela coûte très cher et ses parents qui cultivent le riz n’ont pas les moyens. Elle a appris le français avec son grand père qui était aussi guide. Aujourd’hui, elle vit avec lui et une de ses sœurs. Elle me demande si Max est baptisé, je lui réponds que non, avec son papa nous voulons qu’il décide par lui même quant il sera plus grand. Elle est très étonnée car ici le baptême est obligatoire. Les bébés quand ils naissent sont considérés comme sacrés, mi dieu mi humain. D’ailleurs jusqu’à leurs 3 mois, il est interdit de leur toucher la tête et de les poser sur le sol. A 3 mois ils sont baptisés et deviennent ainsi des êtres humains à part entière.

Elle nous explique aussi qu’à la naissance, le placenta est rendu aux parents qui vont l’enterrer devant leur chambre afin que les enfants reviennent toujours chez eux. Selon Comin, c’est pour cela que peu de balinais voyagent. Le cordon ombilical est également récupéré, une petite partie est découpée, mise dans une toute petite boîte en or ou en argent que l’enfant va porter autour du cou jusqu’à l’âge de 5 ans au moins afin de le protéger. Le reste est enterré avec le placenta.

Une autre cérémonie qui a lieu autour de la majorité de l’enfant est la cérémonie du limage de dents. C’est un passage obligatoire dans la vie d’un balinais ou d’une balinaise. Il donne lieu à de fastes cérémonies. Cette cérémonie est appelée metatah, du mot natah qui signifie tailler, sculpter en balinais. Elle coûte très chère car tout doit être parfait, toute la famille même la plus éloignée est invitée et en plus de tous les nourrir, il faut faire beaucoup d’offrandes et être très bien habillé. Pour réduire les coûts, elle est parfois collective, les jeunes d’une même famille (frères, sœurs, cousins…) vont la faire tous en même temps. La famille de Comin étant assez pauvre, sa deuxième sœur et elle n’ont pas encore pu la faire, mais c’est quelque chose qu’elle attend avec impatience. Pourquoi ce limage ? En fait c’est les 6 dents de devant de la mâchoire supérieure qui sont limées pour « tuer » les dents ou se nichent les 6 ennemis de l’homme : l’intempérance, la jalousie, la colère, la cupidité, la luxure et la folie.

Le reste de l’après-midi nous le passons tranquillement à l’hôtel.

Jeudi 20 août

Aujourd’hui c’est Auguste qui sera notre guide. Il a 26, parle très bien le français, connaît très bien l’histoire de Bali et surtout a une patience infini avec Maxou.

Nous commençons par une balade d’une bonne heure dans les rizières. Max teste immédiatement sa patience en lui demandant toutes les 5 minutes si l’on est bientôt arrivé… En fait les rizières sont musicales car pour éloigner les oiseaux il y a des systèmes de petites cloches, c’est très agréable à entendre. Par contre Auguste nous déconseille de nous balader sur les talus bordant les rizières car il y a pas mal de serpents à l’affut des grenouilles qui grouillent par ici. Il y a entre deux et trois récoltes de riz par an à Bali selon que le paysan a semé du riz balinais ou du riz international. Les balinais préfèrent au goût et à la texture le riz balinais mais la population ayant beaucoup augmenté sur l’île la culture du riz balinais ne suffit plus et c’est pour cela qu’une grande majorité de paysans est passé au riz international.

DSC03822DSC03817DSC03824DSC03821 papayer

Auguste nous explique aussi que les terres sont passées du père au fils le plus jeune car c’est lui qui aura la charge de ses parents. Les autres enfants doivent soit s’acheter de la terre (qui est devenu très chère) ou trouver un autre métier. Le père d’Auguste est le fils aîné, il n’a donc reçu quasi aucune terre et travaille comme sculpteur. Auguste lui est guide francophone 7 mois par an et le reste du temps il travaille pour son cousin qui fabrique des cerfs volants. A choisir, il préfèrerait cultiver le riz.

Ensuite nous reprenons la voiture (au grand soulagement de Max) et nous allons voir les belles rizières en terrasse de Tegalagang.

DSC03833DSC03834 (cliquez pour agrandir)

Etape 3 le temple de la source sacrée (Tirta Empul). C’est un temple qui date du 8 ème siècle comme beaucoup de temples à Bali. Ses eaux ont la réputation d’être purificatrices et magiques. Chaque année, des milliers de pèlerins viennent se purifier et faire des offrandes aux divinités. D’ailleurs nous en croisons une bonne centaine !

DSC03858 DSC03863 DSC03882 DSC03883 DSC03905 ce que Max préfère, c’est nourrir les poissons !

Puis nous allons voir (de loin) le volcan et le lac Batour, étape deux-en-un car nous déjeunons dans un petit restaurant en même temps. Max apprend à Auguste puis au chauffeur à jouer au Uno. On se croirait dans un vrai tripot!

DSC03931

DSC03933DSC03937

La dernière étape de notre journée est un autre temple, le temple de Goa Gajah, ou Cave de l’éléphant. Il a été construit au IX siècle mais n’a été redécouvert que récemment, dans les années 1920. La façade de la grotte est une sculpture de diverses créatures et de démons menaçants. La gueule d’un monstre sert d’entrée à la grotte. A l’intérieur il y a d’un coté une sculpture de Ganesh (dieu de la sagesse et de l’intelligence – qui est aussi le patron des écoles… Je le vénère cette année !) et de l’autre coté 3 plus petites statues (d’apparence phallique !) représentant Shiva, Brahma et Vishnou.

DSC03941 DSC03948

Visites terminées et nous rentrons à l’hôtel pour attaquer la leçon de français…

2 réflexions sur “Retour à Ubud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s